Le temps de travail flexibilisé

Le temps de travail flexibilisé

Les nouvelles formes de travail

Bien que les heures de travail soient dûment réglementées par la loi sur le travail, les nouvelles formes de travail tendent à estomper la frontière qui sépare les heures travaillées du temps libre. De plus en plus, le travail « basé sur la confiance » devient la tendance et la saisie obligatoire des heures de travail laisse place à la question de l’abandon des relevés horaires.

Horaire flexible

Selon l’étude « les horaires de travail flexibles en Suisse » (PDF) réalisée pour le compte du SECO par la Haute école spécialisée du Nord-Ouest de la Suisse (sur la base de chiffres de 2010), 61% des salariés ont des horaires flexibles. 17% de ces derniers ne tiennent aucune comptabilité de leurs heures. En ce qui concerne les personnes hautement qualifiées ou les cadres ce pourcentage atteint 26%.

L’étude montre aussi que les personnes occupées sur une base flexible qui ne saisissent pas leur temps de travail font davantage d’heures que stipulé dans leur contrat. Le cas échéant, une partie du travail est également accompli pendant les loisirs ou lors d’un congé maladie.

Télétravail (home office)

Tout comme l’horaire de travail flexible, le télétravail (home office) est en apparence pratique. Or, l’étude du SECO montre que 45% des personnes travaillant à domicile ne comptabilisent pas systématiquement leur temps de travail. Un autre rapport intitulé Enquête suisse « Home Office 2013 » (PDF) indique clairement que plus on travaille régulièrement en home office, moins on comptabilise la durée du travail et des pauses.

Direction par objectifs

La direction par objectifs se concentre sur les résultats à atteindre en ignorant souvent le nombre d’heures nécessaire pour parvenir au but fixé. D’où un risque de surcharge et de stress, avec des effets négatifs sur la santé.